0 Open search
0 Panier
Commander

Votre panier est vide.

Jacques écrit cette lettre à une communauté de l’Eglise primitive dispersée, chahutée et qui a perdu l’euphorie du début. Il les encourage à découvrir leur vocation et à abandonner une manière de penser qui les éloigne de la voie divine. Il va replacer plusieurs thèmes dans l’optique de Dieu, par ex. l’épreuve acceptée, qui donne la joie, ou la tentation qui vient de notre propre fond. Puis il va développer celui de la « vérité dans l’homme intérieur", indispensable pour progresser personnellement et communautairement. Une vérité qui nous est révélée, comme un miroir, par la Parole de Dieu (si nous voyions une trace de confiture sur notre joue, nous nous dépêcherions de l’enlever !). Avons-nous la même optique que Dieu face à la pauvreté ou la richesse, l’acceptation des autres, la liberté, le jugement, la foi et (ou) les oeuvres ("ce que vous faites parle plus fort que ce que vous dites") ? Jacques avertit des effets néfastes et destructeurs de la langue, qui, en fait, dévoile le fond de nos pensées : nous valoriser en dévalorisant l’autre. Si elle est soumise au Saint Esprit, elle en manifestera le fruit (Galates 2 : 20) Au chapitre 5, il décrit comment elle peut être utilisée pour guérir, au lieu de détruire, pour effacer les effets du mal par la confession et le pardon. L’épître de Jacques est un traitement de choc destiné à nous sortir de notre complaisance spirituelle, pour que nous puissions entrer dans le projet de Dieu pour son Eglise : Il attend de nous un choix entre orgueil et humilité, puis une prise de conscience, une repentance, qui produira une transformation (attitude que nous avons à pratiquer continuellement). A la fin de sa lettre, Jacques réunit les aspects de son enseignement : l’un personnel, l’autre communautaire. Individuellement, nous nous préparons à la rencontre avec le Seigneur et, communautairement, nous apprenons à vivre comme un corps dont les membres ont soin et respect les uns des autres, où l’on ose être vulnérable, car on a confiance dans la solidarité de l’autre. Les difficultés de quelque nature qu’elles soient, trouvent leur solution, uniquement auprès de Dieu, par la prière. Eau douce qui fortifie, ou eau amère qui rebute ? A chacun de vivre humblement sa foi aux côtés de ses frères et soeurs en Christ, avec patience et amour.

Description du produit

  • Stock 1 article disponible
  • Date de parution 2007
  • Poids 0.146  kg
  • Nombre de pages 128
  • Langue Français
Communauté eau douce ou eau amère (La) ? - Epître de Jacques
16.10 CHF
1 ex.
Disponible